Hammams durables au Maroc : un exemple à généraliser

hamma_durable3
95% des Marocains fréquentent le hammam. Crédit photo : GERES

Alors que le Maroc accueille la COP 22 du 8 au 17 novembre, les initiatives écologiques se multiplient dans le pays. La rénovation énergétique des hammams permet de pallier la surconsommation de bois, d’eau et de lutter contre la pollution.

Au Maroc, le hammam fait partie de la vie quotidienne. On compte plus de 10 000 établissements. Mais le hammam est une hérésie écologique. Un établissement moyen, qui accueille quelque 200 clients par jour, consomme environ une tonne de bois et 21 m3 d’eau chaude….en une seule journée. C’est aussi un gros pollueur. Chaque année, ces établissements émettent 3 à 4 millions de tonnes de CO2. Dans les quartiers, les rejets nocifs affectent la santé des riverains et celles des employés.

hammam_durable2
Dans les hammams, les « farnatchis » alimentent des chaudières souvent obsolètes. Crédit photo GERES

Pour conjuguer écologie, rentabilité économique et maintien d’une tradition, le GERES, une ONG française spécialisée dans les énergies renouvelables et l’Association marocaine énergie, solidarité et environnement (EnSen) se sont alliées pour lancer en 2014 le  programme « Hammams durables » en 2014.

Rénovation énergétique

Il s’agit de convaincre les propriétaires d’établissement de se lancer dans la rénovation énergétique grâce à un accompagnement technique et financier. Sur la base d’un diagnostic, plusieurs options sont proposées aux propriétaires. Une chaudière vieillissante peut être remplacée par une chaudière à haute performance énergétique alimentée par des déchets végétaux. L’installation de panneaux solaires qui préchauffe l’eau permet de réduire la quantité de bois brûlé ou encore l’isolation des tuyaux de transport évite les déperditions de chaleur.

À ce jour, cinq hammams pilotes ont été rénovés pour un investissement allant de 40 000 à 100 000 euros.  Cela n’a pas forcément été facile de convaincre les propriétaires. Audrey Onillon, chargée de communication du GERES explique :

« Les propriétaires de Hammams ont besoin d’être rassurés quant aux économies qu’ils vont faire sur le combustible. Ils se sont engagés dans des prêts d’honneur à 0% remboursé sur leurs économies de combustible. Aujourd’hui, ils remboursent et sont satisfaits. Il est moins difficile de convaincre d’autres propriétaires. Ce sont même eux qui nous sollicitent ».

Secteur en difficulté

Le secteur des hammams traditionnels, qui emploie près de 200 000 personnes, est menacé par la raréfaction des ressources forestières et la pression sur la nappe phréatique qui tirent les prix vers le haut. Certains établissements étranglés par les coûts mettent la clef sous la porte.

COP 22

Comme l’an dernier lors de sa participation à Solutions COP 21, le GERES compte bien profiter de l’évènement COP 22  pour faire connaître son programme et inciter les institutionnels à accompagner le secteur des hammams vers la transition énergétique.

Il faut passer aussi passer à l’échelle supérieure, laisse entendre Audrey Onillon :

« Si aujourd’hui nous parlons de 5 ou 10 hammams, il y en a plus de 10 000 au Maroc. Ces rénovations assez lourdes nécessitent un accès au financement. Nous espérons durant cette COP 22 capter l’intérêt des institutions de financement. »

 

 

Pour aller plus loin : Vidéo réalisée par le Fonds français pour l’environnement mondial partenaire financier (avec l’Agence française de développement) du programme Hammams durables.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s